Paris La Défense : les bureaux ont de plus en plus la cote !

La Défense | 24 février 2017

Pour le premier quartier d’affaires européen et le territoire de Seine Arche, 2016 fut, une fois encore, un bon crû en immobilier d’entreprise. Alors que l’EPADESA poursuit avec succès sa politique de diversification des fonctions urbaines en immobilier résidentiel, de loisirs et en hôtellerie, le bureau continue sur la tendance haussière résultant de la stratégie de l’aménageur public. Nouvelles implantations, lancement de nouveaux programmes, investissements d’envergure… les clignotants sont au vert dans un contexte de marché pourtant toujours très concurrentiel.

Des locations de bureaux en hausse : + 93 % en 2016
Sur l’ensemble de l’année 2016, 275 000 m2 de bureaux ont été commercialisés à Paris-La Défense. Ces volumes n’avaient pas été atteints depuis 10 ans. Le quartier d’affaires a totalisé près de 10 % des surfaces louées en Île-de-France  (alors qu’il ne représente que 7 % du parc immobilier) et 25 % des locations de plus de 5 000 m2. On peut citer, à titre d’exemple, les 44 000 m2 loués par RTE à Groupama dans l’immeuble Window, fin 2016 ou la confirmation de l’arrivée de Deloitte (Majunga, sur une surface de 31 000 m²)

Des loyers stabilisés, toujours beaucoup moins chers qu’à Londres
Sur le plan des valeurs locatives, Paris La Défense capitalise sur l’attractivité de ses loyers, qui se positionnent à des niveaux trois fois inférieurs à ceux de Londres. Ses valeurs faciales oscillent, en effet, entre 450 et 500 €/m2 /an contre 1 200/1 500 € dans la capitale du Royaume-Uni. Alors que la moyenne se situait aux environs de 450 €/m2/an en 2015, elle a progressé pour atteindre les 480 € fin 2016, franchissant le cap des 500 € pour les immeubles les plus récents.

Des investisseurs très actifs et des utilisateurs hyper-confiants
2016 fut également une année exceptionnelle en termes d’investissements immobiliers, avec 2,3 milliards d’acquisitions effectuées au sein du quartier d’affaires (soit 10 % du montant total investi en Île-de-France au cours de l’année). Dans ce volume, il faut noter la confiance manifestée par les fonds internationaux comme ADIA (Abu Dahbi Investment Authority) qui lance, en blanc, la tour Alto mais aussi celle de grands groupes qui décident de s’implanter sur le territoire aménagé par l’EPADESA, à l’instar de Vinci qui va réaliser son futur campus dans le quartier des Groues dans un ensemble de 74 000 m2.

Une baisse de 40 % des bureaux vides en 4 ans
Concernant le taux de remplissage des bureaux, la baisse de la vacance, amorcée il y a quatre ans, se poursuit pour ne représenter plus que 7,8 % du parc (alors qu’en 2013 elle frôlait les 13 %). Ce niveau se rapproche de la moyenne francilienne (6,6 %), pour un segment de marché qui intègre beaucoup de grandes surfaces, générant des variations plus marquées que pour un marché classique.

« Paris La Défense renforce son statut de pôle d’affaires référent à l’échelle internationale. Première adresse business de l’Union européenne, le quartier, dont les atouts intrinsèques sont reconnus, suscite un intérêt croissant de la part des entreprises, de la multinationale à la petite entreprise. Les travaux d’aménagement en cours et programmés ainsi que l’arrivée, dans cinq ans, des nouvelles lignes de transports collectifs, à l’échelle du Grand Paris, vont renforcer son attractivité. Ce sont des points auxquels sont très sensibles les acteurs économiques internationaux dans cette période post-Brexit… »

précise Jean-Claude GAILLOT, Directeur général de l’EPADESA.

Un périmètre élargi
Autre confirmation de la bonne santé du pôle tertiaire : il s’étend. Les développements de programmes de bureaux en cours ou actés sur les Terrasses de Nanterre et le Boulevard de la Défense se rapprochent de plus en plus du quartier d’affaires. Ainsi, Immostat, l’entité en charge d’harmoniser les statistiques du marché de l’immobilier d’entreprise a décidé avec l’EPADESA d’observer plus particulièrement ce secteur très proche du quartier d’affaires. Précisons que le boulevard de La Défense part de la Grande Arche, longe le nouveau quartier des Jardins de l’Arche jusqu’aux terrasses de Nanterre qui accueillent déjà le campus Axa (et bientôt le campus Défense d’Icade), constituant un lien entre le site historique de La Défense, ses prolongements naturels et les Groues, principal futur pôle de développement du territoire, avec notamment 200 000 m2 de bureaux.


Et demain ?
Après la location au Crédit Mutuel, fin 2016, de 21 000 m2 dans la tour D2, récemment livrée, les premiers jours de 2017 s’inscrivent dans cette même logique, avec notamment l’annonce par AG2R La Mondiale de l’acquisition du projet Belvédère (près de 18 000 m2 de bureaux) de Vinci Immobilier au pied de la Grande Arche. La baisse de l’offre de bureaux neufs (ou restructurés) devrait se poursuivre, aucune livraison de bureaux n’étant programmée pour 2017.

Les chiffres évoqués dans ce communiqué sont issus des données Immostat et CBRE.

Télécharger le communiqué de presse